Pour vos demandes de devis :
FTP sécurisé si pièces jointes >10M
Tel : 01 80 92 56 40
L'agence de traduction fiable, réactive et compétitive

Blog A4 Traduction

01
jui

+ 40 %, et alors ?

Résultat de recherche d'images pour "obsession chiffre d'affaires"

 

+ 40 %

Un CA en hausse de plus de 40 % au premier semestre, par rapport au premier semestre 2018 qui n’était pas mauvais, c’est un bon résultat. Certes, nous n’en sommes pas mécontents, mais ce n’est pas le résultat d’objectifs commerciaux, de volonté de croissance pour la croissance, ou d’un expansionnisme égotique.

 

De quoi est-ce le résultat ?

Sans doute déterminé par notre passé de traducteur, notre objectif est plus de produire de bonnes traductions que de bons résultats commerciaux ou financiers. Mais curieusement, les bonnes traductions assorties d’un bon service fidélisent les clients, qui nous...

Billet publié par .+Lire la suite
14
Jan

Le jargon juridique

La simplification du langage juridique


Après que le Conseil d’État, en ce début d’année 2019, a proposé de simplifier le vocabulaire juridique afin de rendre le langage de la justice plus accessible et plus compréhensible, il nous a semblé intéressant de nous pencher sur le sujet.
L'Ordonnance de Villers-Cotterêts d’août 1539, sous l’impulsion de François 1er, qui établissait le français (en lieu et place du latin) dans la langue juridique montrait déjà, à l’époque, combien il apparaissait essentiel que les actes administratifs soient rédigés et rendus dans une langue claire et compréhensible.

Aujourd’hui, quelques siècles plus tard tout de même, nous faisons le même constat : le langage juridique apparaît souvent abscons, alors qu’il semble évident que les arrêts rendus par la justice française doivent être "compréhensibles et entendibles". A ce titre, avez-vous déjà lu ailleurs que dans un acte juridique les expressions « il appert que », « des frais irrépétibles », « le document susvisé » ? En ce sens, le passage au style direct et à une langue plus fluide apparaît donc justifié.

Cela étant dit, ne peut-on pas considérer que simplifier la langue c’est chercher à l’appauvrir ? La complexité de notre langue c’est aussi sa richesse. Où peut-on encore lire des expressions latines de nos jours si ce n’est dans des jugements ou des arrêts de...

Billet publié par .+Lire la suite
13
déc

L’erreur de traduction imaginaire

Billet publié par .+Lire la suite
10
déc

Les enjeux de la traduction professionnelle


Le poids des langues


Pourquoi les pays à faible rayonnement linguistique (Pays-bas, Italie, Suède ou même l’Allemagne) sont-ils de grands exportateurs ?
Sans doute y a-t-il des raisons historiques, géographiques ou économiques à cela. Mais lorsque l’on compare le CA du secteur de la traduction en France et en Italie par exemple, l’on constate que celui  de l’Italie est deux fois supérieur à celui de la France rapporté au PIB par habitant.
Et lorsque l’on compare la part des exportations de l’Italie toujours en PIB par habitant, on retrouve les mêmes proportions.
Autrement dit, si la France exporte assez peu et assez mal (200 grandes entreprises réalisent 50% des exportations), cela est peut-être lié à une sous-estimation chronique, culturelle, du paramètre linguistique.
Que les cadres d’entreprise se débrouillent à l’oral dans les langues étrangères plus que par le passé, on ne peut que s’en réjouir, même s’ils surestiment sensiblement leurs compétences linguistiques. Mais cela masque une grande misère.

Un franco-centrisme culturel


Un petit Suédois apprend l’anglais dès la maternelle
Un petit Italien sait qu’il n’y a qu’en Italie que l’on parle italien
Un petit Allemand sait qu’en dehors de l’Allemagne on parle peu l’allemand
Un petit Français n’a ni le vrai bilinguisme d’un petit Suédois, ni le...

Billet publié par .+Lire la suite
28
fév

Ma vérité sur les tarifs en traduction

Les tarifs de traduction en 6 vérités

Nous parlons ici de traduction professionnelle pour des professionnels. Et de ce que j’ai pu observer depuis plus de 15 ans que j’exerce cette profession. J'ai le souci de dire la vérité - sûrement pas toute la vérité - mais au moins un peu d’honnêteté intellectuelle, faites-moi ce crédit.

 

 

1. Les tarifs, c’est ce que vous payez, pas ce que vous achetez

Je ne suis pas l’ami des responsables achats. Car ils sont payés pour choisir le moins-disant et passer le marché. Marché de dupes en réalité. Bon pour la prime et la carrière de l’individu, mais parfois mauvais pour l’entreprise. Dans les services opérationnels, les utilisateurs s’en plaignent, car ils doivent vivre avec des traductions « bon marché » choisies par Excel plutôt que pour une adéquation avec un besoin. Et dès qu’ils peuvent contourner les procédures d’achat, ils le font, car leur performance en dépend.
 

2. Mais ce que vous connaissez au départ c’est le tarif.

C’est – croit-on – le seul facteur objectif sur lequel baser un choix d’achat. Certains prestataires de traduction s’imaginent qu’en baissant leur prix standard - déjà très bas – ils vont appâter des clients prêts à payer...

Billet publié par .+Lire la suite
16
Jan

Projet de traduction multilingue

Billet publié par .+Lire la suite
05
déc

Relecture

Billet publié par .+Lire la suite
26
nov

Traducteur ou bilingue, il faut choisir

Le bilingue n’est pas celui que vous croyez

 

Il y a quelques décennies en France, l’on se vantait volontiers d’être « nul en anglais ». Depuis, le nombre de personnes se déclarant « bilingue » a cru spectaculairement.

Mais avant de définir ce qu’est une personne bilingue, on peut énumérer ce qu’elle n’est pas.

  • Ce n’est pas quelqu’un qui a passé 6 mois en Irlande, 10 ans aux Etats-Unis ou 35 ans en Allemagne

  • Ce n’est pas quelqu’un qui a des facilités à traduire

  • Ce n’est pas quelqu’un qui est forcément très bon en rédaction, en orthographe et avec une très vaste culture générale

Si ce mot a un sens, c’est plutôt :

  • Quelqu’un qui a pratiqué, a été élevé, et a continué à pratiquer deux langues, au même niveau de maîtrise

  • Penser (mais aussi rêver, compter…) dans une langue ou une...

Billet publié par .+Lire la suite
21
nov

Les faux-amis de la traduction

Les faux-amis de la traduction


La traduction est, comme bien d'autres secteurs d'activité, sujette à des idées reçues et assez tenaces.


Il serait trop long ici de tenter de démontrer pourquoi telle assertion est fausse, d’autant que certaines réalités sont parfois contre-intuitives, mais disons que c’est le fruit de mes observations de professionnel depuis plus de 15 ans. Nombre de mes confrères y souscrivent, sans toujours oser le dire à leurs clients.

Les faux-amis de la traduction

1. Un comptable n’est pas un mathématicien et réciproquement. C’est exactement la même chose pour les traducteurs : Le traducteur n’est pas une personne bilingue, et une personne bilingue n’est pas un traducteur. Ceci dit, beaucoup de personnes bilingues pensent en savoir suffisamment pour devenir traducteur. Mais il y a une grande différence entre une aptitude à l’oral et un métier.

  •  Si vous avez des documents professionnels à traduire, faites-les traduire professionnellement, c'est-à-dire par un traducteur dont c’est le métier.

2. Un traducteur qui parle 10 langues ne sera pas meilleur traducteur qu’un traducteur qui maîtrise 2 langues. Au contraire.

  •  ...
Billet publié par .+Lire la suite

Archives

 

Demande de devis :