Pour vos demandes de devis :
FTP sécurisé si pièces jointes >10M
Tel : 01 80 92 56 40

Traduction en anglais

Traduction professionnelle en anglais

La traduction professionnelle français anglais et anglais français représente 70 à 75% des volumes de traduction sur le marché français. C’est donc la langue de traduction la plus commune, mais non la plus simple.

D’une part parce qu’elle a en partage le soupçon d’amateurisme qui pèse sur l’ensemble de l’activité de traduction, longtemps considérée comme une activité de complément – qu’il s’agisse des écrivains depuis la Renaissance, jusqu’aux attributs des secrétaires bilingues, trilingues ou quadrilingues – et d’autre part, on suppose comme évident le dicton « traduttore, tradittore ».

Outre ces deux filtres mentaux, il existe également des éléments pour les étayer : dans nombre d’entreprises ou d’organisations de toute nature, l’on va demander à telle ou telle personne bilingue de traduire un document. C’est imaginer qu’être bilingue c’est être capable de traduire, tout comme on confierait la comptabilité à quelqu’un qui est bon en maths.

Inversement, si vous confiez la traduction de votre document à des professionnels, et que vous pensez être bilingue, vous riquez d’avoir un avis sur la traduction qui vous sera livrée.

 

Bon à savoir.

Aucune agence de traduction sérieuse n’utilise Google Translate comme substitut au travail professionnel d’un traducteur professionnel

Toutes les agences sérieuses (du moins en France) font appel à des traducteurs de langue maternelle anglaise, choisis pour leurs compétences et non pour leurs tarifs. Car oui, des traducteurs insuffisamment compétents cela existe, qu’ils soient diplômés ou non.

Si vous êtes français, même si vous avez vécu 25 ans dans un pays anglo-saxon, votre connaissance de l’anglais sera limitée.

Il y a 100 000 mots dans le Grand Robert en 12 volumes, plus de 500 000 mots dans l’Oxford English Dictionary.

Traduire n’est pas trahir

Lorsque vous soupçonnez le traducteur de « faire du mot à mot » - ou pire - d’utiliser Google translate, parce que la traduction vous semble trop proche du français, vous ignorez peut être qu’un tiers du vocabulaire de l’anglais vient du français (d’où de nombreux doublons lexicaux), et que si le traducteur choisit le terme d’origine française plutôt que le terme d’origine saxonne, c’est qu’il y a une bonne raison à cela. Et même si vous vous estimez bilingue, vous n’avez probablement pas le niveau de connaissance qu’a le traducteur de sa propre langue maternelle. De plus, n’oubliez pas que son métier est de traduire !

Certes, comme dans tous les métiers, le zéro défaut n’existe pas. En informatique, l’on appelle cela des bugs, et personne ne crie au scandale, lorsqu’un bug est détecté. Mais lorsqu’il s’agit de traduction, sans doute parceque chacun pense être un expert dans sa propre langue et surestime ses compétences linguistiques dans les autres, on est facilement accusé de haute trahison tant il est vrai que tout un chacun a facilement des convictions absolues sur la bonne manière de traduire tel ou tel mot ou expression, alors que ce ne sont le plus souvent que des opinions relatives, subjectives – lorsqu’il ne s’agit pas simplement d’erreurs pures et simples.

Les autres billets du blog a4traduction

Demande de devis :