Pour vos demandes de devis :
FTP sécurisé si pièces jointes >10M
Tel : 01 80 92 56 40

Ma vérité sur les tarifs en traduction

Les tarifs de traduction en 6 vérités

Nous parlons ici de traduction professionnelle pour des professionnels. Et de ce que j’ai pu observer depuis plus de 15 ans que j’exerce cette profession. J'ai le souci de dire la vérité - sûrement pas toute la vérité - mais au moins un peu d’honnêteté intellectuelle, faites-moi ce crédit.

Résultat de recherche d'images pour "picsou dollars dans les yeux"

  1. Les tarifs, c’est ce que vous payez, pas ce que vous achetez

Je ne suis pas l’ami des responsables achats. Car ils sont payés pour choisir le moins-disant et passer le marché. Marché de dupes en réalité. Bon pour la prime et la carrière de l’individu, mais parfois mauvais pour l’entreprise. Dans les services opérationnels, les utilisateurs s’en plaignent, car ils doivent vivre avec des traductions « bon marché » choisies par Excel plutôt que pour une adéquation avec un besoin. Et dès qu’ils peuvent contourner les procédures d’achat, ils le font, car leur performance en dépend.

  2.  Mais ce que vous connaissez au départ c’est le tarif.

C’est – croit-on – le seul facteur objectif sur lequel baser un choix d’achat. Certains prestataires de traduction s’imaginent qu’en baissant leur prix standard - déjà très bas – ils vont appâter des clients prêts à payer bien cher une petite économie. Mon expérience m’a plutôt montré que les clients – même ceux dont le réflexe est de baser leur choix sur le critère du prix - prennent aussi en compte un deuxième critère, bien plus vital pour eux :  le résultat.

3.     Et pourtant, ce que vous achetez est un résultat

En ne disant rien au client sur ce que l’on propose, d’où l’on vient, où l’on va, pourquoi l’on fait ce métier et pas un autre, comment l’on choisit les traducteurs et le niveau de service qu’il peut attendre, évidemment qu’il va choisir un prix. Mais si vous êtes en mesure de garantir un résultat, un délai toujours respecté, une relation fluide qui témoigne d’un sens naturel du service, une majorité de clients comprend que cela a une valeur infiniment plus grande que des économies non pertinentes à l'échelle d'une entreprise.

4. Des tarifs historiquement bas

Globalement, les prix en traduction sont très bas, car historiquement cela a été une activité plutôt littéraire et souvent en amateur. Jusqu’au début des années 2000 le code APE des traducteurs était le même que le secrétariat. Cela remonte à l’époque où nous avions des secrétaires bilingues ou trilingues, chargées de rédiger des lettres an anglais, allemand, espagnol…etc.  Mais aujourd’hui la traduction est un métier de professionnels formés qui ont un loyer à payer, et non d’amateurs autodidactes fortunés.

5.      5. La confusion

L’arrivée de la TAO (Traduction assistée par Ordinateur), la confusion dans l’esprit de bien des gens entre traduction automatique, traduction assistée par ordinateur, l’esbrouffe permanente autour de la technologie - aujourd’hui l’intelligence artificielle - entretient l’illusion que cela doit être facile et pas cher puisque n’importe quel logiciel serait capable de traduire. En réalité cela fait plus de 50 ans que l’on nous fait croire au miracle, alors que les ordinateurs battent les champions d’échecs depuis 1996 et les champions du jeu de Go depuis 2016. Le passage d’une pensée, même simple, d’une langue vers une autre est donc un peu plus compliqué que cela. Pour un usage professionnel, une bonne traduction reste une traduction réalisée par un professionnel, même en 2018.

6.           6. Un peu de bon sens ne peut pas faire de mal

Pour prendre une métaphore, si vous devez acheter une maison, vous n’allez pas acheter un deux pièces en mauvais état dans un hameau de la Creuse, si vous avez une famille nombreuse et que votre travail est en région parisienne. Bien sûr, un petit appartement en mauvais état sera moins cher qu’un grand appartement en bon état. Plus généralement, il sera moins cher s’il est mal conçu, mal exposé, avec tout à refaire et dans un quartier à problème, mal desservi et sans services publics que si c'est le contraire. Mais ce n’est pas pour autant que vous allez l’acheter.

Lorsque vous achetez une traduction pour votre entreprise, pourquoi iriez-vous chercher un petit appartement mal conçu, mal exposé, etc., alors que la différence avec une traduction qui correspondrait à vos critères fonctionnels n'est pas si grande ?

La qualité a certes un prix, mais le seul critère du prix vous coûtera bien plus cher encore.

Enfin, si vous avez lu ce billet jusqu'au bout, bravo ! Si je l'avais intitulé "6 moyens infaillibles pour payer vos traductions moins cher", j'aurais eu 10 fois plus de lecteurs, et le facteur aurait été de 100 si j'avais parlé de traduction gratuite.

 

Autres éléments de réflexion, sur :

La qualité et le prix en traduction

Le prix, le prix, le prix !

L'assurance qualité

Les autres billets du blog a4traduction

 

Demande de devis :