Pour vos demandes de devis :
FTP sécurisé si pièces jointes >10M
Tel : 01 80 92 56 40

Le mythe du circuit court, idée courte

De vous à moi : Le mythe du circuit court

C’est un mouvement qui s’est accéléré dans les années 80 et qui a épargné très peu de secteurs, que celui de la chasse aux intermédiaires, reposant sur le postulat que ce sont des parasites et qu’ils ne servent à rien. Cela s’est retrouvé il y a peu dans le champ politique, avec un président qui était persuadé que les « corps intermédiaires » eux aussi étaient inutiles. Malheureusement, dans la plupart des activités, les intermédiaires représentent 80% de la pyramide, la base et le sommet 20% seulement.

A force de supprimer les intermédiaires, les cadres passent en moyenne une heure par jour à trier leurs mails et font les standardistes, des centaines de milliers d’entreprises et d’emplois ont disparu dans des secteurs aussi variés que l’alimentation, les pièces automobiles ou la construction sans pour autant qu’on n’aie jamais remarqué une meilleure efficacité de chacune de ces filières et encore moins une baisse des prix payés par le client final.

On ne gagne pas forcéement à se passer d’intermédiaires.

De particulier à particulier

L’exemple des agences immobilières illustre parfaitement la situation : L’acheteur peut légitimement imaginer qu’en se passant de leurs services, il va économiser le montant de la commission. Mais en contrepartie il va être en contact direct avec le vendeur qui lui aussi veut maximiser sa transaction. Le résultat est que les vendeurs auront naturellement tendance à surestimer le prix de leur bien, ce qui fait qu’il est peu probable que l’acheteur économise quoi que ce soit dans l’histoire.

De professionnel à professionnel

Ces conduites pavloviennes reposant sur des croyances contredites par l’expérience, on les observe également dans le monde professionnel. En effet de plus en plus de personnes adoptent dans leur vie professionnelle des comportements de consommateurs qui poussent leur charriot dans un supermarché, guidé par un seul signal : les chiffres sur l’étiquette. Il n’est pas sûr que le consommateur soit gagnant à ce jeu là, mais  en utilisant cette grille simpliste, il est sûr que le professionnel sera perdant dans un environnement autrement plus complexe.

Circuit court, circuit de moindre coût ?

Dans le monde de la traduction, on observe le même phénomène, à savoir des acheteurs qui vont privilégier le moindre coût et le cas échéant associer cette notion de prix le plus bas possible à  un freelance, soit parce qu’il se sent en position de force pour « négocier » vis-à-vis d’un indépendant, soit parce qu’il raisonne à partir d’une croyance,  comme notre acheteur d’un bien immobilier, croyance selon laquelle on gagne à se passer d’intermédiaire. Sans se douter qu’en traduction comme dans bien d’autres secteurs d’activité, le circuit court raccourcit tout - sauf les délais et prix final payé par le client.

Alors, circuit court, idées courtes ?

L'apport d'une agence de traduction pour un client

L'apport d'une agence de traduction pour un traducteur

Demande de devis :