Pour vos demandes de devis :
FTP sécurisé si pièces jointes >10M
Tel : 01 80 92 56 40

Traductrice grec français

Traductrice grec françaisMirella est née à Stockholm et a grandi dans un environnement multiculturel successivement en Suède, en France, en Grèce, en Belgique. Parlant le français, l'anglais, le suédois et le grec depuis son enfance, elle obtient son baccalauréat littéraire avant travailler plusieurs années en Grèce dans le secteur du commerce et s'initie à l'arabe. Elle effectue ensuite ses études supérieures l'Institut supérieur de traducteurs et interprètes (ISTI) de Bruxelles, dont elle sort diplômée en 2007, ajoutant l'espagnol à ses langues. Au cours de ses études, elle visite plusieurs pays européens et se rend chaque année aux États-Unis. Elle effectue son stage professionnel au bureau de presse et de la communication de la mission diplomatique grecque en Belgique et rédige son mémoire de Master sur le thème de « L'absinthe et les artistes du XIXème siècle ».

  

Elle s'oriente dès la fin de ses études supérieures vers une carrière de traducteur en travaillant un an au service de presse de l'Institut français d'Athènes (département culturel de l'Ambassade de France en Grèce).Elle est embauchée l'année suivante en qualité de traductrice par l'Association hellénique de protection de l'environnement marin (HELMEPA), où elle est chargée des traductions (grec, français, anglais, espagnol), notamment dans le domaine environnemental. En, 2009, Mirella quitte la Grèce et s'installe à Bruxelles, pour y exercer à son compte en qualité de freelance. Elle poursuit désormais cette activité à Paris, réalisant de nombreux travaux de traduction pour le compte de l'ONU, l'OCDE, de cabinets de conseil, d’agences de traductions, etc.

Dès l'antiquité, le grec est probablement la première langue qui affirme dans un bel ethnocentrisme, qu'elle est unique et bien entendu intrinsèquement supérieure aux autres. Un "barbare" dans la langue et la culture grecque est un non-grec - autant dire un sauvage. Seul Platon dans le Cratyle, suggère que la langue grecque a bien pu faire des emprunts à d'autres langues, mais il semble que cette piste n'aie jamais été explorée. De plus, nous parlons d'une langue alors qu'il faudrait parler de langues régionales (Eolien, ionien, macédonien, dorien, alexandrin...) qui ont perduré sous différentes formes jusqu'en 1975. Avant la réforme de 1975, un grec dit attique coexistait avec un grec courant dit démotique.  Bien entendu, si vous avez appris le grec ancien, il ne vous sera pas d'un grand secours pour comprendre le grec moderne.

Le grec est depuis 1981 une des langues officielles de l'Union Européenne. Le grec est parlé par 15 millions de personnes dans le monde, dont près de 11 millions en Grèce.

 

Langue source: 

Demande de devis :